Body Contouring au masculin

Les procédures de remodelage corporel

Body Contouring au masculin

Les procédures de remodelage corporel, en très forte hausse dans le monde entier, ne se conjuguent plus seulement au féminin, les hommes s’intéressant de plus en plus à leur silhouette. La multiplication des techniques disponibles offre désormais un large choix aux patients selon leurs attentes. Alors chirurgie ou médecine esthétique ? Dr Pierre-Alain MAYEUX passe en revue les différentes solutions proposées aux hommes.

Si le traitement de la silhouette est une préoccupation née à l’ère industrielle, les canons esthétiques ayant évolué vers des corps plus graciles, le 21e siècle voit l’avènement des traitements esthétiques assumés des hommes, et qui ne cessent d’augmenter, au même titre que ceux des femmes. De nombreuses techniques sont désormais à notre disposition et leur évolution constante nous offre de multiples possibilités de traitements, toujours plus efficaces et surtout reproductibles. Pour autant, chacune des techniques présente ses intérêts et ses limites, que nous devons parfaitement connaître et maîtriser, afin d’aider et de conseiller au mieux nos patients.
Du fait de ces évolutions récentes, qui ont principalement touché les techniques médicales, la demande masculine est de plus en plus importante et va probablement exploser dans les années à venir.
Si les techniques de body contouring sont applicables aux hommes comme aux femmes, les principales différences hommes-femmes viennent de leurs demandes. Les hommes préféreront les techniques les plus spectaculaires et nécessitant le moins de suites possibles.

Les techniques non chirurgicales

La radiofréquence
Ce sont des ondes analogues aux micro-ondes, elle peut être mono ou multipolaire et il existe une multitude d’équipements, dont les résultats sont très machines et opérateurs dépendants.
Néanmoins, cette technique ayant pour avantage de ne pas avoir de suites et donc pas d’éviction sociale, elle particulièrement appréciée par les hommes. Il est donc nécessaire d’être équipé d’une machine de qualité, d’être parfaitement formé à son utilisation et d’être très consciencieux dans sa pratique, surtout sur la durée de chauffage. Dans ces conditions, c’est une technologie qui présente de bons résultats, même s’il existe toujours une part des patients qui ne répondront pas, malgré une bonne indication au départ.

Les ultrasons focalisés
La lithotripsie fût la première application médicale à utiliser les ultrasons focalisés, puis l’Ultrashape les a appliqués à la médecine esthétique pour le traitement des amas graisseux localisés, par phénomène de cavitation et mort cellulaire. Depuis, les ultrasons peuvent traiter la tension cutanée en profondeur, grâce à une focale réduite et ajustable. C’est la technologie notamment proposée par l’Ulthéra et d’autres machines apparues depuis. Tout comme la radiofréquence, cette procédure n’entraine pas de suites particulières et présente parfois des non répondeurs difficiles à prévoir.

La cryolipolyse
Dernier né des traitements de la silhouette, ses résultats sont plus constants et reproductibles que les autres techniques utilisées avant. Il existe cependant des limites qu’il faut connaitre pour ne pas avoir d’écueil, notamment sur une peau trop ferme ou trop relâchée ou dans le cas d’une graisse très fibreuse. D’autre part, il peut apparaître des hyperplasies adipeuses paradoxales, plus fréquentes chez l’homme que chez la femme et qui se produisent plus souvent que ce que déclarent certains fabricants. Le recours à la chirurgie devient alors l’unique solution.
Aussi, le mécanisme d’action par le froid qui induit une apoptose sélective pure est de plus en plus discuté, l’adipocyte étant une cellule dont il reste beaucoup à découvrir.
S’il existe bien une part d’apoptose, il semblerait qu’un phénomène de « trous » membranaires et de lyse cellulaire soit également responsable de la vidange d’une partie de la vacuole lipidique ou de la disparition de l’adipocyte. Ce dernier phénomène explique l’inflammation importante qui peut avoir lieu en post traitement. Plus la température est basse et plus la membrane présente des lésions ou détruit directement l’adipocyte. Cependant, cette inflammation permet d’induire une rétractation cutanée qui est bénéfique.
Si l’on sélectionne correctement ses patients, leur niveau de satisfaction est très élevé, à 73% ! Cette constance de résultats donne un gros avantage à cette technique, pour laquelle le bouche à oreille joue particulièrement.

Les lasers
C’est par leur effet thermique qu’ils agissent sur la tension cutanée ou la graisse. Pour la peau, plusieurs longueurs d’ondes sont possibles, CO2 (10500 nm), Nd Yag (1064nm), diode (810nm ou 940nm). Pour la peau c’est le skin tightening avec rétractation thermique du derme, pour la graisse c’est la lipolyse thermique directement in situ, mais qui est désormais réservée aux seuls chirurgiens, qui utilisent cette technique pour affiner leurs résultats et obtenir une rétractation thermique de la peau.

L’acide hyaluronique
Les injections d’acide hyaluronique corporel (Macrolane) peuvent combler des déficits tissulaires, cicatriciels ou non et apporter du volume supplémentaire. C’est une bonne solution pour redonner du galbe aux fesses, mais qui est interdite depuis 2011 pour les injections dans les seins car cela perturbe la lecture des mammographies. Sa principale limite est la durabilité limitée, mais cette réversibilité est aussi sa force. Les hommes sont peu concernés par ces injections, préférant les implants plus galbant et donnant une forme plus déterminée.

La toxine botulique
Les pays asiatiques et particulièrement les Coréens, sont très avancés dans les traitements de body contouring à la toxine botulique et traitent notamment les mollets ou les trapèzes, par atrophie musculaire comme on peut le faire sur les masséters par exemple.
Cependant, il faut être prudent dans les dosages, la faiblesse musculaire induite pouvant provoquer des effets secondaires très gênants pour les patients : difficultés à lever les bras, chutes dans les escaliers… Ce n’est pas vraiment une technique de Body Contouring adaptée aux hommes, qui préfèrent généralement affirmer leur virilité, mises à part les volontés de féminisation.

Les fils tenseurs
Ils restent très controversés et les évaluations subjectives. Les résultats déjà complexes à obtenir sur le visage, le sont encore plus sur le corps, dont le poids des tissus est bien plus important et les mouvements ne permettant pas d’avoir des résultats durables. Ils peuvent être proposés pour les bras, l’abdomen, les cuisses, les fesses…

Les techniques chirurgicales

La liposuccion
C’est la méthode de référence du traitement de la silhouette et la première chirurgie esthétique en nombre d’interventions au monde. Elle a beaucoup évolué depuis son invention par le Dr Yves Gérard Illouz, mais son principe reste le même, la destruction mécanique des adipocytes.
Elle demande à la fois physique et finesse pour être bien réalisée, mais la graisse parfois fibreuse des hommes peut la rendre difficile au même titre que la cryolipolyse.

Le lipofilling
Pendant direct de la liposuccion, le lipofilling est une méthode d’actualité pour combler la silhouette de façon pérenne. Cette autogreffe de lobules graisseux nécessite un prélèvement de bonne qualité et une réimplantation méticuleuse. Il est parfois nécessaire de renouveler le geste, car il existe une résorption partielle de la greffe. Elle peut se faire sur l’ensemble du corps, mais c’est une technique plutôt féminine, idéalement pour les fesses et la poitrine. Hormis le traitement des pertes tissulaires, elle est peu indiquée chez les hommes.

Les implants
C’est la seconde intervention esthétique dans le monde après la liposuccion. Ils permettent une augmentation permanente du volume concerné, mais demandent à être remplacés périodiquement et peuvent se compliquer : infections, coques ou perforations. Ils concernent les fesses, mais aussi les mollets, les biceps, les pectoraux, les hommes en quête de virilité pouvant gonfler leurs muscles instantanément, sans passer par la case salle de sport.

Les plasties
Seul moyen d’obtenir une ablation radicale de l’excès de peau, elles sont le seul recours cutané des amaigrissements importants suite à des poses de bypass ou de sleeves qui engendrent des excès de peau majeurs. Elles concernent l’abdomen, les cuisses, les bras, les fesses et se font au prix de cicatrices parfois difficiles à masquer. Au regard de l’augmentation considérable de l’obésité dans le monde occidental, ces interventions sont de plus en plus courantes et nécessitent parfois des plasties du corps entier ou Body Lifts.

Conclusion
La part des actes concernant le remodelage de la silhouette a fortement augmenté dans notre pratique quotidienne de médecine esthétique et ce sera certainement encore le cas dans les années à venir. Beaucoup de nos patients sont de plus en plus réticents à se faire opérer, même quand l’indication se pose, particulièrement nos patients masculins qui préfèrent des techniques sans ou avec très peu de suites, afin de reprendre le travail au plus vite.
Là où les femmes préfèreront des techniques mettant en avant leur silhouette gracile et leurs formes féminines, les hommes auront tendance à mettre en exergue leurs virilité, et à affiner leur ceinture abdominale pour retrouver leur torse en « V ».
À nous de maîtriser parfaitement les outils à notre disposition, tant dans la sélection appropriée des patients que dans la maitrise des appareils, pour proposer des traitements encore plus performants et sûrs pour nos patients.

Dr Pierre-Alain Mayeux est médecin esthétique à Paris, diplômé du Collège National de Médecine Esthétique (CNME), titulaire du DIU Européen en lasers médicaux et DIU en Médecine Morphologique et Anti-Âge. Il est Membre de la SOMMAA et de la FSMEA et intervient également en tant qu’expert et médecin formateur auprès de grands laboratoires.

Bibliographie

1. Monopolar radiofrequency for skin tightening: our experience and a review of the literature. Carruthers J, Fabi S, Weiss R. 2. Dermatol Surg. 2014 Dec;40 Suppl 12:S168-73. doi: 10.1097/DSS.0000000000000232. Review. 3. Noninvasive skin tightening: focus on new ultrasound techniques. Fabi SG. Clin Cosmet Investig Dermatol. 2015 Feb 5;8:47-52. doi: 10.2147/CCID.S69118. eCollection 2015. Review. 4. Safety and efficacy of UltraShape Contour I treatments to improve the appearance of body contours: multiple treatments in shorter intervals. Ascher B. Aesthet Surg J. 2010 Mar;30(2):217-24. doi: 10.1177/1090820X09360692. 5. Non-invasive, external ultrasonic lipolysis. Coleman KM, Coleman WP 3rd, Benchetrit A. 6. Semin Cutan Med Surg. 2009 Dec;28(4):263-7. doi: 10.1016/j.sder.2009.10.004. 7. Patient selection for skin-tightening procedures. Northington M. J Cosmet Dermatol. 2014 Sep;13(3):208-11. doi: 10.1111/jocd.12106. Review. 8. Cryolipolysis for noninvasive body contouring: clinical efficacy and patient satisfaction. 9. Krueger N, Mai SV, Luebberding S, Sadick NS. Clin Cosmet Investig Dermatol. 2014 Jun 26;7:201-5. doi: 10.2147/CCID.S44371. eCollection 2014. Review. 10. The latest information on Macrolane™: its indications and restrictions. Siebert T, Chaput B, Vaysse C, Meresse T, Chavoin JP, Garrido I, Grolleau JL. Ann Chir Plast Esthet. 2014 Apr;59(2):e1-e11. doi: 10.1016/j.anplas.2013.12.006. Epub 2014 Feb 6. Review. 11. Consensus recommendations on the aesthetic usage of botulinum toxin type A in Asians. 12. Ahn BK, Kim YS, Kim HJ, Rho NK, Kim HS. Dermatol Surg. 2013 Dec;39(12):1843-60. doi: 10.1111/dsu.12317. Epub 2013 Oct 11. 13. Botulinum toxin a for aesthetic contouring of enlarged medial gastrocnemius muscle. 14. Lee HJ, Lee DW, Park YH, Cha MK, Kim HS, Ha SJ. Dermatol Surg. 2004 Jun;30(6):867-71; discussion 871. 15. Efficacy of diode laser (810 and 940 nm) for facial skin tightening. Voravutinon N, Seawthaweesin K, Bureethan A, Srivipatana A, Vejanurug P. J Cosmet Dermatol. 2015 Jul 15. doi: 10.1111/jocd.12165. [Epub ahead of print] 16. Laser lipolysis: skin tightening in lipoplasty using a diode laser. Wolfenson M, Hochman B, Ferreira LM. Plast Reconstr Surg. 2015 May;135(5):1369-77. doi: 10.1097/PRS.0000000000001319. 17. [Poly Implant Prothèse (PIP(®)) incidence of complications in breast reconstructive surgery: A retrospective comparative analysis]. Fenoll C, Leclère FM, Hivelin M, Atlan M, Cothier-Savey I, Lantieri L, Le Masurier P. Ann Chir Plast Esthet. 2015 Dec;60(6):478-83. doi: 10.1016/j.anplas.2015.08.007. Epub 2015 Oct 21. French. 18. Prosthetic breast implant rupture: imaging–pictorial essay. Colombo G, Ruvolo V, Stifanese R, Perillo M, Garlaschi A. Aesthetic Plast Surg. 2011 Oct;35(5):891-900. doi: 10.1007/s00266-011-9694-z. Epub 2011 Apr 13. Review. 19. Volumetric evaluation of fat resorption after breast lipofilling. Ho Quoc C, Taupin T, Guérin N, Delay E. Ann Chir Plast Esthet. 2015 Dec;60(6):495-9. doi: 10.1016/j.anplas.2015.06.011. Epub 2015 Jul 27. 20. Post-bariatric abdominoplasty: our experience. Grignaffini E, Grieco MP, Bertozzi N, Gandolfi M, Palli D, Cinieri FG, Gardani M, Raposio E. Acta Biomed. 2015 Dec 15;86(3):278-82. 21. http://www.isaps.org/Media/Default/global-statistics/ISAPS-Results-Procedures-2010.pdf 22. Paradoxical adipose hyperplasia after cryolipolysis. Jalian HR, Avram MM, Garibyan L, Mihm MC, Anderson RR. JAMA Dermatol. 2014 Mar;150(3):317-9. doi: 10.1001/jamadermatol.2013.8071.

Author: Body Language

Share This Article On