Body Contouring

Avec l’évolution des techniques de liposuccion et des outils disponibles, la graisse obtient enfin ses lettres de noblesse, on ne la jette plus, mais on la réinjecte, c’est le Body Contouring. à visée purement esthétique ou en chirurgie réparatrice, combiner lipoaspiration et lipofilling permet de sculpter les corps selon les besoins ou envies, comme nous l’explique Dr Catherine Bergeret-Galley.

Silhouette haute couture.

Avec l’évolution des techniques de liposuccion et des outils disponibles, la graisse obtient enfin ses lettres de noblesse, on ne la jette plus, mais on la réinjecte, c’est le Body Contouring. A visée purement esthétique ou en chirurgie réparatrice, combiner lipoaspiration et lipofilling permet de sculpter les corps selon les besoins ou envies, comme nous l’explique Dr Catherine BERGERET-GALLEY.

Ces interventions sont omniprésentes dans notre vie de chirurgien plasticien et rendent des services extraordinaires à nos patients et patientes. Tout a été rendu possible par l’invention de la lipoaspiration par le Dr Yves Gérard Illouz en 1977, dont le premier cas était une tumeur graisseuse bénigne, enlevée sans cicatrice. Ensuite, la lipoaspiration a permis de dégraisser tous les lambeaux, d’affiner la taille, les hanches, les cuisses.
Le principe de la technique est de passer de fines canules creuses à bout rond avec des petits trous latéraux sous la peau, dans l’épaisseur de la graisse, après une infiltration préalable de sérum physiologique et d’adrénaline pour minimiser le saignement, donc les bleus, et la lipoaspiration de la graisse se fait plus en douceur.
Grâce à cette intervention de lipoaspiration, on a pu réaliser des lipomodelages ou liposculptures corporelles et introduire le concept de réinjection de graisse ou transfert graisseux (Dr Pierre Fournier), ainsi au lieu d’être jetée, la graisse va être collectée, lavée, concentrée puis réinjectée dans des parties du corps manquant de volume, d’où le concept de liposculpture, traitement combinant lipoaspiration et lipofilling.

L’évolution de la technique princeps de lipoaspiration a permis d’inventer le lipofilling ou transfert graisseux autologue, qui nous sert quotidiennement dans les lipomodelages corporels ou les body liftings, traitement essentiel pour retrouver un corps esthétiquement acceptable après les amaigrissements massifs des séquelles d’obésité.Quels sont les bons candidats à un body contouring ?
Le remodelage corporel permet d’affiner la silhouette. Toutes les femmes qui ont eu des enfants le savent, après une grossesse, le ventre est beaucoup plus rond et certains bourrelets graisseux ne disparaissent pas spontanément, même avec un régime bien adapté. Il est souvent nécessaire à la fin de l’allaitement et après une période de réadaptation nutritionnelle et de remusculation, de recourir à la lipoaspiration pour traiter des bourrelets résiduels au niveau des cuisses, des hanches et du ventre. Actuellement, la grande tendance dans les traitements esthétiques des séquelles de la maternité, est la lipoaspiration du ventre et des hanches avec réinjection de graisse au niveau des seins ou des fesses, afin d’embellir davantage la silhouette. Pour les hommes, indépendamment des séquelles d’obésité qui seront traitées par lipoaspiration seule ou associée aux liftings corporels comme le bodylift, le besoin d’un remodelage corporel au-delà de 40 ans, est souvent lié à la sédentarité, l’excès de travail en position assise ou au manque de temps pour une pratique sportive. Les bourrelets graisseux s’accumulent alors au niveau du ventre et des hanches, les fameux poignets d’amour. Leurs demandes seront donc la plupart du temps un lipomodelage en vue de retrouver une taille svelte, plus dynamique et plus virile, et éventuellement des muscles abdominaux parfaitement dessinés.
La lipoaspiration associée à un rééquilibrage nutritionnel, permet d’accélérer l’amaigrissement et d’adhérer davantage à la restriction calorique dans le traitement de l’obésité. Le bodycontouring intervient également dans les phases intermédiaires d’une chirurgie bariatrique en association avec les body liftings, la lipoaspiration permettant non seulement de diminuer les amas graisseux, mais également d’alléger les lambeaux, lorsque l’on est obligé d’enlever de la peau et de lifter par exemple le ventre, les bras, les cuisses, mais aussi les seins.

La technique du body contouring
Il existe évidemment plusieurs techniques, toutes issues de la lipoaspiration, mais le body contouring comporte toujours trois temps fondamentaux :

  • Le prélèvement de la graisse par lipoaspiration
  • Le traitement de la graisse pour faciliter sa réimplantation et sa survie
  • La réinjection de la graisse ou transfert graisseux

Lipoaspiration
La première étape est donc la liposuccion, actuellement grandement facilitée par les techniques avec canules vibrantes PAL (Power Assisted Liposuccion), sous les brevets Microair et Lipomatic. La vibration transmise à la canule par un moteur, permet de casser la graisse et de faciliter son prélèvement, mais également sa réinjection. Quelle que soit la technique, il faut utiliser des canules fines, pas plus de 4 mm de diamètre en technique conventionnelle ou non de lipoaspiration. L’utilisation de canules fines est indispensable pour obtenir un implant graisseux facilement réimplantable et viable.
L’autre technique, qui à mon sens représente également une véritable innovation pour les transferts graisseux, est la technique Bodyjet ou WAL technique (Water Assisted Liposuccion). L’infiltration de sérum physiologique et d’adrénaline est continue et permet le recueil d’une graisse pratiquement pure, très peu hématique, fluide et très facile à réinjecter. L’infiltration continue améliore également la vasoconstriction des vaisseaux sanguins, avec pour résultat moins d’ecchymoses et moins de douleurs postopératoires.
Ces deux techniques sont très utiles chez les femmes ou les hommes ayant une graisse très dure et infiltrée, et permet des remodelages extensifs. La technique Bodyjet permet aussi de faire des prélèvements multiples dans des zones à priori dépourvues de graisse, technique précieuse chez les femmes extrêmement minces, une situation très fréquente en Europe, “Never too thin never too rich”.

Traitement de la graisse
Sydney Coleman a innové dans les années 90 et remis au goût du jour le transfert graisseux, notamment pour traiter les dépressions sous-cutanées et les patients atteints de lipoatrophie. L’apport de la centrifugation graisseuse permettant d’obtenir des transplants homogènes, a été fondamental.
Cependant, dans les transferts graisseux massifs, nécessaires pour certaines zones corporelles comme les fesses, les mollets, les seins ou les pectoraux, il fallait encore innover et préserver le maximum de graisse réimplantable et homogène, d’où la nécessité d’imaginer d’autres techniques permettant un traitement plus facile de la graisse, moins long que la centrifugation et avec moins de déperdition. La centrifugation reste précieuse notamment en sus-périosté, comme dans le lipofilling des pommettes et du menton, mais n’est pas adaptée, à mon sens, aux transferts de grands volumes. De ces recherches, est née la technique de lipoaspiration assistée, enrichie de collecteurs fermés auto-filtrants.
En fonction de l’équipement du chirurgien ou de la clinique, on peut toujours collecter la graisse dans un récipient ouvert et la filtrer dans une passoire ou mieux, la transférer dans un sac Cytori Puregraft ou un container de décantation NLF System® (Nutational Lipofilling System®) de Euromi, qui sont des systèmes fermés. Le nec plus ultra étant le récipient de collecte, lavage et sédimentation graisseuse de Human Med, brevet Bodyjet, réduisant au minimum les manipulations graisseuses à l’air libre, sources de dessiccation et éventuellement de contamination des transplants graisseux.
Par ailleurs, les canules de prélèvement de la technique à infiltration continue ont une lumière interne extrêmement réduite, d’où la finesse et la fluidité de la graisse.

Transfert graisseux
La troisième étape consistant à la réinjection de graisse autologue, est également essentielle et nécessite minutie et patience. La taille des canules de réinjection sera adaptée à la zone receveuse, très fines pour le visage, elles ne dépassent pas en règle 2,5 mm pour le lipofilling des fesses et des seins. La graisse est d’abord collectée dans des seringues de 50 ml, puis transférée dans des seringues de 10 ou 20 ml pour les injections de grand volume comme le , où la fesse est bombée à l’extrême avec un effet lifting impressionnant, pour lequel nous n’avons pas encore beaucoup de recul.
Pour le traitement des cicatrices, le lipofilling génital et la correction de dépressions séquellaires de liposuccions anciennes, les canules de réinjection sont extrêmement fines et l’on s’aidera d’aiguilles ou de canules-fourches pour soulever le derme et sectionner les adhérences iatrogènes ou post-traumatiques. Les quantités de graisse injectée sont en règle minimes et on pourra travailler avec plusieurs concentrations graisseuses, association de graisse fluide et de graisse centrifugée ou association de graisse et de PRP riche en facteurs de croissance activés. Les dernières innovations techniques nous permettent déjà de concentrer la graisse fluide en cellules souches, présentant un fort potentiel régénératif.
La seule limite actuellement, est de savoir quel est le pourcentage réel de cellules souches transférées en même temps que la graisse et quelle concentration apporte réellement un bénéfice à la peau et aux tissus sous-jacents, quant au rajeunissement tissulaire pour améliorer la texture, l’élasticité et la tonicité de la peau.
Une dernière interrogation : l’enrichissement en cellules souches apporte-t-il une réelle différence clinique pour nos patients et quelle sera son coût dans notre pratique quotidienne ?

En conclusion, l’évolution de la technique princeps de lipoaspiration a permis d’inventer le lipofilling ou transfert graisseux autologue, qui nous sert quotidiennement dans les lipomodelages corporels ou les body liftings, traitement essentiel pour retrouver un corps esthétiquement acceptable après les amaigrissements massifs des séquelles d’obésité. Le body contouring issu de la lipoaspiration, reste l’intervention chirurgicale à visée esthétique la plus demandée dans le monde, bien avant les prothèses mammaires. L’association lipoaspiration et lipofilling, apporte un réel bénéfice esthétique en matière de remodelage corporel de nos patients, de plus en plus exigeants et en quête d’une beauté parfaite et universelle.

Dr Catherine Bergeret-Galley est Chirurgien esthétique à Paris. Attachée des hôpitaux de Paris, elle est ancienne interne des hôpitaux, ancienne chef de clinique assistante à la faculté Paris V. Spécialisée en rajeunissement facial et dans les réparations esthétiques de la silhouette après grossesse et obésité, elle intervient dans de nombreuses conférences et congrès médicaux. Elle est également Membre de plusieurs sociétés savantes, notamment la SOFCPRE et la SOFCEP, à l’international, ISAPS, ASAPS, ICAPS.

Author: Body Language

Share This Article On