Géométrie nutritionnelle

Un nouveau cadre nutritionnel

Des scientifiques invitent à repenser radicalement l’approche de la nutrition à travers leur proposition de « géométrie nutritionnelle ».

Selon les derniers résultats de recherche de deux des plus éminents spécialistes de la nutrition au monde, les modèles existants pour mesurer l’impact de l’alimentation sur la santé humaine, limiteraient notre capacité à résoudre l’obésité et ses pathologies associées.
Dans le dernier volume du Annual Review of nutrition, les Professeurs David Raubenheimer et Stephen Simpson de l’université de Sydney, appellent à repenser radicalement l’approche nutritionnelle humaine à travers un nouveau cadre qu’ils nomment « géométrie nutritionnelle », aboutissement de plus de 20 ans de recherches.
La « géométrie nutritionnelle » considère de quelle manière, la combinaison de l’ensemble des nutriments et autres composants alimentaires influent sur la santé et les maladies, plutôt que de se concentrer sur un élément nutritionnel de manière isolée. Ce nouveau modèle aspire à aider les professionnels de santé, diététiciens et chercheurs à mieux comprendre et gérer les complexités de l’obésité.
« Notre approche remet en question l’ensemble du domaine de la nutrition, car se concentrer exclusivement sur chacun des nutriments indépendamment des autres, ne semble pas nous aider à comprendre la complexité des maladies chroniques, alors qu’une approche basée sur la recherche d’un équilibre des nutriments, pourrait nous aider à résoudre le problème » souligne le professeur Stephen Simpson, Directeur Académique du Centre Charles Perkins.
La nutrition s’est historiquement focalisée sur une approche isolée des nutriments qui a permis de comprendre l’impact d’une déficience en micronutriments, comme par exemple le développement du scorbut lié à l’absence de vitamine C dans l’alimentation humaine. Mais cette approche traditionnelle n’est plus d’actualité au regard des nouvelles maladies liées à l’alimentation selon les auteurs, qui rappellent que leur apparition est imputée à la surabondance de nourriture et à l’évolution du gout pour une nourriture réunissant un cocktail de nutriments particuliers, préférences qu’exploitent les industriels du packaging alimentaire par un marketing astucieux.
Le professeur Simpson poursuit que « la pensée conventionnelle consistant à diaboliser séparément les graisses, les carbohydrates ou le sucre – « l’approche du nutriment isolé » –, comme causes de l’épidémie d’obésité, a fait son temps. Nous fournissons ce nouveau cadre non seulement pour réfléchir autrement, mais surtout pour expérimenter de nouvelles solutions autour d’une alimentation équilibrée ».
« Notre approche offre une méthode unique pour réunir les observations de différentes disciplines et mieux comprendre comment l’ensemble des nutriments interagissent et jouent sur la santé et les maladies » ajoute le Pr David Raubenheimer, Directeur du département nutrition au Centre Charles Perkins.
Ce nouveau modèle de « géométrie nutritionnelle » permet de tracer des modèles types de régimes et habitudes alimentaires basés sur leur composition nutritionnelle et ainsi aider les chercheurs à mesurer sous plusieurs angles l’impact des nutriments sur le métabolisme et la santé des individus pour établir les liens avec d’éventuelles pathologies, causalités passées inaperçues ou négligées à ce jour.
D’après le professeur Simpson, la « géométrie nutritionnelle » en apparence plus complexe que le modèle du « nutriment isolé », peut en réalité simplifier l’étude de la nutrition humaine sur le long terme et aider à identifier l’ensemble des facteurs et leurs interactions conduisant à une mauvaise santé et aux problèmes liés à notre environnement.
Pour illustrer l’intérêt de cette approche, les chercheurs ont compilé les données d’études antérieures examinant les ratios de macronutriments (glucides, graisses et protéines) et leurs apports énergétiques, pour composer 116 régimes alimentaires types. Leur modèle montre que les protéines sont les principaux acteurs influençant l’alimentation et régulant l’apport énergétique en graisses et carbohydrates. Cette observation est cohérente avec le phénomène de levier déjà observé des protéines, dont le fort attrait que nous avons pour celles-ci permet l’absorption des graisses, carbohydrates et énergie totale.

Des scientifiques invitent à repenser radicalement l’approche de la nutrition à travers leur proposition de « géométrie nutritionnelle ».

Author: Body Language

Share This Article On