Holisme médical

shutterstock_400457389Holisme Médical

Inspiré par la méthode HoliLift du Dr Patrick Baraf qui trouve son origine dans son expérience personnelle du lifting, Alexandre SISTER propose ici une réflexion globale sur l’intérêt que présenterait l’intégration d’un holisme médical en médecine esthétique.

Si longtemps, nous attendions d’un « bon » chirurgien ou médecin d’être avant tout un bon opérateur, les exigences ont évolué. À présent, considérer le contexte social ou culturel du patient, son état physique et psychologique, devient aussi important que l’information biomédicale requise préalablement aux procédures effectuées par le médecin, et à la mise en place d’un plan de traitement médical ou chirurgical.

Nous savons désormais qu’une bonne communication médecin-patient favorise une meilleure approche thérapeutique, plus globale et axée sur le patient, à la fois vecteur de confiance mutuelle et de résultats. La capacité d’écoute et de compréhension du patient est une véritable compétence clinique, qui apporte un effet mesurable sur la qualité et la réussite de la prise en charge. Au cours de la consultation, il est donc essentiel de créer ce capital confiance, mais également de responsabiliser le patient quant à son rôle à jouer, de l’aider à prendre conscience qu’il est acteur de son traitement, partie prenante de son rajeunissement ou de sa reconstruction.

Mais peut-on cadrer cette communication et définir ses mécanismes afin de la mettre aisément en pratique ? Faut-il élaborer un modèle type permettant d’aller plus loin et d’obtenir les meilleurs résultats possibles dans la prise en charge et le suivi des patients ?

Naissance du Holi Lift
En échangeant avec mon ami chirurgien Dr Patrick Baraf, un vendredi soir autour d’une belle table et en bonne compagnie, je pris conscience qu’en effet, une nouvelle étape pouvait être franchie, lorsqu’il qu’il m’expliqua le concept du « HoliLift », une nouvelle approche de sa pratique, issue de son expérience personnelle de chirurgien devenu patient, dont il me faisait récit.

Un matin de février 2015, ayant décidé de faire « le grand saut », Dr Patrick Baraf se réveille à la Clinique des Champs Elysées – dans laquelle il a lui-même réalisé plus de 7000 liftings – cette fois-ci en tant que patient, suite à un lifting cervico-facial effectué par l’un de ses meilleurs élèves, le Dr Peter Cumbo.

Installé dans son lit d’hôpital, entre somnolence et vertiges sous l’effet de la morphine, aveuglé par ses bandages, il se sent isolé dans son œuf comme un fœtus en phase prénatale, à l’écoute attentive des battements de son cœur comme il le serait à ceux de sa mère ; le docteur devenu patient s’apprête à renaître et à entamer son futur voyage vers le « holisme médical ».

Le lendemain lors du retrait des bandages me dit-il : « Tu casses l’œuf et tu éclos, mais personne ne t’a préparé à découvrir ta nouvelle apparence. Le choc est important, bien plus que je ne l’aurais imaginé, et j’aurais souhaité avoir la possibilité de m’y préparer pour en tirer plus de bénéfice encore ».

Effectivement, se réveiller avec une apparence plus jeune de 10 ou 15 ans, peut provoquer chez certains patients un véritable bouleversement émotionnel auquel il peut être nécessaire de se préparer en amont de l’intervention. Afin de vivre pleinement ce changement d’apparence et entirer le meilleur parti dans sa vie, effectuer un travail psychologique ou se faire coacher peut potentiellement tout changer au bien-être du patient, voire à son nouveau départ dans la vie.

C’est du moins ce qu’en a tiré de son expérience le Dr Baraf, lui-même bousculé par son apparence post lifting, son esprit assailli de questionnement personnel sur ses 15 dernières années écoulées, celles à venir et ce qu’il souhaite véritablement en faire…

holisticpic

Se rappelant alors le concept de thérapies holistiques, – issues du néologisme Holisme considérant des phénomènes comme étant un ensemble indivisible -, pourquoi ne pas intégrer un holisme médical adapté, dans son approche pré et post lifting ? C’est-à-dire proposer un soin tenant compte du patient dans son intégralité corps et esprit, considérer à la fois son état physique, émotionnel, mental et spirituel.

Le Holi Lift en pratique
En chirurgie, le médecin et le patient échangent longuement en consultation préopératoire afin de déterminer les motivations et les attentes de ce dernier, tout en rappelant l’importance de suivre les règles d’une bonne hygiène de vie pour accompagner les résultats de l’intervention : une alimentation saine et équilibrée ; un apport suffisant en nutriments, minéraux et vitamines ; une pratique sportive régulière ; l’arrêt ou diminution significative de la cigarette.

Mais bien que ces précautions et recommandations soient indispensables, elles ne sont pas suffisantes selon le Docteur Patrick Baraf, dans le cadre d’une chirurgie esthétique et des changements physiques et émotionnels qu’elle entraine inévitablement.

Il a donc mis au point pour ses patients une procédure spécifique aux liftings, le Holi Lift, consistant en une prise en charge opératoire à trois niveaux en vue d’améliorer : l’apparence, le mental et la jonction entre eux.

Il préconise ainsi un retour intime sur soi avec l’aide d’une psychothérapeute, sous la forme d’un voyage intérieur pour remonter quinze ans en arrière et en dérouler le fil pour revenir « aujourd’hui » et être en mesure de penser « demain ».

Certaines des questions essentielles que les patients sont amenés à se poser avant l’acte sont :

  • qu’ai-je fait de satisfaisant dans ma vie ?
  • qu’ai-je fait de mal et que je ne souhaite pas reproduire ?
  • qu’est-ce que je regrette de ne pas avoir fait ? Ces questionnements permettent aux patients de se remémorer les bons et les mauvais épisodes de leur vie ; d’analyser certains de leurs échecs pour s’en éloigner et retrouver les réussites qu’ils souhaitent reproduire ; de repérer leurs regrets, ce qu’ils n’ont pas fait et souhaiteraient maintenant réaliser.

Le voyage initiatique que le Dr Baraf a opéré en lui-même en tant que patient, lui a permis d’intellectualiser et de vivre les changements personnels nécessaires au succès de l’intervention, au-delà du bloc opératoire, et de le partager avec ses patients au travers de ce concept « Holi-esthétique ».

Le message est clair, la procédure chirurgicale ne doit pas être une finalité en soi, mais seulement un puissant « Kick Start ». Un coup de fouet mental permettant un renouveau et offrant aux patients la force de renaître, afin de tirer profit au maximum de ce changement esthétique de leur apparence.

Le but est que ce rajeunissement physique se produise également en eux, d’abord pour être en symbiose entre aspect extérieur et état intérieur, mais surtout qu’ils en profitent pour changer, modifier ou améliorer ce qu’ils jugent nécessaire dans leur vie, qu’ils en sortent en quelque sorte « grandis » humainement, prêt à aborder avec envie et pleine motivation leurs nouvelles années à venir.

Vers un holisme médical esthétique ?

S’il est bénéfique aux patients, pourquoi cet encadrement lors de procédures chirurgicales, qui entrainent altérations physiques et psychologiques importantes, ne pourrait-il pas également être mis en place lors des procédures plus douces de médecine esthétique ? Lao Tseu disait « Un voyage de mille kilomètres commence toujours par un premier pas ». Il n’y a donc pas de « petit » changement, car l’on peut tirer profit de toute source de motivation capable d’entamer un changement profond chez le patient et lui permettre de se sentir mieux, d’améliorer sa vie.

Dans ce voyage en « territoire holistique », profitable à tous et mettant en valeur l’expression même de la médecine, pourquoi toutes procédures esthétiques, médicales ou chirurgicales ne feraient-elles pas l’objet d’une approche intégrale en vue d’améliorer les résultats ? Ainsi, tout acte médical esthétique devrait-il s’intégrer dans une prise en charge médicale holistique du patient ?

Vous me répondrez certainement qu’un médecin ou un chirurgien n’est pas psychothérapeute ni coach de développement personnel, et vous avez raison ! Mais je vous répondrais qu’il en connait dans son entourage et que si ce service améliore significativement les résultats des procédures et la vie du patient, alors celui-ci devrait être proposé.

Prendre le temps lors de la consultation d’expliquer le schéma de traitement et le plan d’action est essentiel, mais se donner la possibilité d’éduquer ses patients à devenir acteurs au quotidien de leur traitement et donc des résultats obtenus ‘est tout autant. Comment prendre soin de sa peau, l’entretenir et la protéger avec des produits dermocosmétique adaptés ou apprendre comment améliorer son alimentation, son sommeil et tout ce qui touche à l’hygiène de vie aura un impact important sur le patient, car nous le savons, la beauté extérieure est aussi le reflet de l’intérieur. Cela permet en outre d’optimiser les résultats des procédures et de proposer un service en supplément des actes pratiqués, tout en redonnant consistance et valeur au métier.

Il est fréquent après une procédure de bodycontouring de conseiller un nutritionniste au patient, afin qu’il entame un changement alimentaire, voire un coach sportif pour maintenir les résultats. Alors pourquoi ne pas aller plus loin selon leurs besoins, en leur proposant les services d’un coach personnel, de se faire relooker ou conseiller en image, juste pour leur bien-être ?

Finalement, ce qui compte c’est le patient et les résultats obtenus, alors pourquoi ne pas leur offrir un maximum de chances, une réponse complémentaire et une prise en charge complète, au-delà du format déjà proposé et des actes classiques pratiqués en cabinet. Puisque que la synergie des actes offre plus de performance et de satisfaction, pourquoi ne pas repenser l’esthétique médicale et travailler main dans la main avec différents corps de métiers afin accompagner au mieux, le changement physique et intérieur des patients.

La plupart des patients attendent que leur vie change suite à une procédure effectuée, mais souvent sans jamais prendre conscience que c’est à eux de changer et non pas leur vie.

Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle renaissance…

Alexandre Sister Directeur de Wigmore Medical France et Directeur de publication Body Language Magazine France

Author: Body Language

Share This Article On