Le lifting des fesses

fessesPICfesses2Le lifting des fesses

Face à l’augmentation des cas de perte de poids massive liés à l’obésité, le lifting des fesses, une intervention de plus en plus demandée, a vu sa technique évoluer et se parfaire ces dernières années. Dr Jean- François PASCAL nous explique comment cette chirurgie a gagné en précision et en efficacité opératoire, garantissant des suites allégées, une meilleure gestion cicatricielle et donc de plus beaux résultats.

Pourquoi l’esthétique des fesses est importante
Chez les primates, la région postérieure a un rôle essentiel : elle permet la reproduction et la survie de l’espèce. Cette région a toujours envoyé des « signaux sexuels », notamment pendant l’ovulation, permettant d’optimiser la fécondation et de guider les mâles.
Les fesses sont présentes seulement chez l’être humain. Elles sont apparues il y a 4 millions d’années lorsque les primates se sont redressés. La position debout a provoqué un renflement postérieur et formé les fesses. Elle a aussi libéré les mains et permis le développement du cerveau. On peut donc dire que l’apparition des fesses est concomitante à celle de l’intelligence !

Les fesses et leur esthétique sont donc une donnée essentielle de l’être humain, ainsi qu’un élément majeur de la séduction car l’homme, malgré son évolution, n’a pas du tout perdu son attrait instinctif pour cette région.

La fesse idéale

Elle dépend de la période de l’histoire et de l’origine ethnique. Cependant, on peut définir des grandes lignes de ce qu’est la fesse idéale en 2017 : plus ou moins volumineuse mais toujours ronde, lisse, haut-située et avec un sillon sous-fessier court. D’ailleurs, chaque année, la marque de sous-vêtement Sloggi organise un concours de la plus belle fesse.

Les causes de l’allongement cutané

Malheureusement, cet état idéal peut se dégrader rapidement et nous parlerons ici surtout de l’allongement de la peau. Les deux causes principales sont le vieillissement et surtout les variations de poids.

Toute variation de poids, notamment pendant la grossesse, peut provoquer un allongement de la peau. Ce sont les fibres élastiques et collagènes qui sont étirées et ne reviennent pas comme avant. Mais de nos jours, il existe des cas encore plus dégradés. Ce sont les pertes de poids massives consécutives au traitement de l’obésité (régime draconien ou chirurgie bariatrique). Ces cas se traduisent par une perte de volume et un excès cutané majeur déformant les fesses.


Dr-Pascal-3Les conséquences de l’excès cutané 

L’excès cutané se traduit par de nombreux signes et disgrâces très gênants :

  • Une impression de fesses molles et trop mobiles, notamment dans la pratique du sport.
  • Les altérations de la forme sont variées : les fesses tombent, c’est la ptose fessière, et le sillon sous-fessier s’allonge en fonction, jusqu’à atteindre la cuisse latéralement. Il existe des classifications en fonction de l’importance de cette ptose. Les fesses prennent aussi un aspect aplati car l’enveloppe cutanée est trop grande par rapport au contenu. Il existe aussi des déformations en double contour dans laquelle la fesse est séparée en deux horizontalement par des brides fibreuses.
  • Les altérations de surface sont aussi nombreuses : fossettes, de position et de nombre variable (souvent confondues avec de la cellulite). L’excès cutané peut aussi provoquer des vagues de peau localisées autour du sillon sous-fessier.

Le traitement chirurgical

Une fois la peau étirée, il n’est pas possible de la retendre par ce qu’on appelle les petits moyens comme le sport ou les crèmes. En effet, fesses détendues signifie au moins 10 cm de peau en trop et il faut expliquer au patient que dans ce cas, seule la chirurgie est efficace.

Récemment, la chirurgie de cette région a beaucoup progressé et offre des possibilités d’amélioration étonnantes. Les problèmes de volumes sont classiques à résoudre par lipofilling ou la mise en place d’implants.

Le lifting fessier est plus délicat sur le plan technique et laisse une cicatrice dans le bas du dos qui esttrès bien supportée si elle est bien positionnée, symétrique et donc facile à cacher dans le maillot de bain. De nombreuses améliorations ont été mise au point dans le sens d’une meilleure efficacité et de la disparition des complications.

La technique du lifting fessier

Les nouveautés techniques font du nouveau lifting de fesses une intervention moderne appartenant au 21ème siècle et non plus au 20ème.

La procédure est devenue sophistiquée et s’adresse maintenant à toute personne ayant de la peau en excès à ce niveau. Mais la création d’une cicatrice dans le bas du dos ne se justifie que si l’excès cutané est au minimum de 10 cm.

La sophistication de la technique est basée sur de nombreux éléments :

  • Dr-Pascal-2Le fait que chaque zone est traitée avec plus de précision pour obtenir plus de résultat esthétique : la région du sillon inter-fessier, le corps de la fesse, l’extérieur de la cuisse, la région autour du sillon sous-fessier.
    Par exemple, la zone du sillon inter-fessier est très délicate et peut induire de gros problèmes de cicatrisation si on ne respecte pas les règles. Il faut aussi éviter d’allonger ce sillon, ce qui est très disgracieux.
  • La largeur de l’ablation de peau et la tension que l’on applique sur la cicatrice sont des données extrêmement précises et lourdes de conséquences : si l’ablation de peau est trop faible, le résultat ne sera pas assez bon. Si la largeur de résection est trop grande, le chirurgien aura des difficultés à fermer la plaie avec pour conséquences l’élargissement de la cicatrice ou même l’ouverture de la plaie en post-opératoire. La marge d’erreur est faible mais un chirurgien rompu à cette chirurgie n’aura aucun problème à trouver la largeur de résection optimale. Une meilleure compréhension de l’élasticité cutanée permet une remise en tension parfaite de la peau des fesses
  • Le positionnement et le choix de la forme de la cicatrice ont des conséquences importantes : si le chirurgien choisi de positionner la cicatrice très haut avec une forme en aile de mouette, il aura plus d’efficacité sur la peau des hanches et moins sur le bas de la fesse et la région du sillon sous-fessier. Par ailleurs, la cicatrice sera facile à cacher avec un string échancré, mais plus difficile en pantalon taille basse. Si le chirurgien choisi une position basse de la cicatrice, il sera plus efficace sur le bas de la fesse.
  • Les marquages préopératoires sont devenus très précis et évitent de tâtonner pendant l’opération. Tout doit être prévu à l’avance et la durée d’opération est ainsi raccourcie. Laprocédureestaussigrandementallégée par l’absence de perte de sang pendant l’opération grâce à l’utilisation générale d’adrénaline. En fait, minimiser la perte sanguine au maximum est une philosophie générale s’appliquant à toute la chirurgie de la silhouette. Le lendemain, la patiente n’aura quasiment aucune fatigue.
  • Le déroulement de l’opération et notament l’ordre des incisions permet d’obtenir une cicatrice parfaitement linéaire et non pas en zig-zag difficile à cacher.
  • Le plan des dissections et l’importance de celles-ci exigent une grande précision pour éviter de couper la circulation de retour et ainsi provoquer des écoulements post-opératoires très gênants dans les suites.
  • L’absence de drain allège beaucoup les suites car leur ablation est impressionnante et douloureuse pour les patients. Les drains deviennent inutiles si les règles sont respectées : bons plans de dissection et fermeture des espaces crées par le chirurgien.
  • Les nouvelles techniques de suture ont apporté beaucoup à l’amélioration de la cicatrice. Il ne s’agit pas de nouveaux fils. C’est la manière totalement différente de les utiliser qui a changée. Le principe est double. D’abord, il faut absolument cesser de faire des nœuds dans le derme, car il se produit une nécrose dermique dans la boucle de chaque nœud avec les conséquences que l’on imagine : infections, rougeurs, inflammation et rejet des fils. Ensuite, nous divisons par 100 la quantité de fil (considéré comme un corps étranger irritant) placée dans la jonction dermo-épidermique et dans le derme. Ainsi, nous utilisons seulement des surjets spiraux pour nos sutures. Au final, la qualité des cicatrices est incroyablement améliorée par ces nouvelles techniques de suture.

 

Dr-PascalAssociations de techniques

Le lifting des fesses peut se combiner avec beaucoup d’autres opérations comme le lipofilling, la mise en place d’un lambeau graisseux (Le Louarn), la mise en place d’implants, le lifting des faces externes des cuisses ou même une plastie abdominale qui rend la cicatrice circulaire. L’intervention s’appelle alors un body lift.

Les complications

Les gros problèmes (infection, rupture cicatricielle, hématome, écoulement) sont rares si, encore une fois, le chirurgien respecte toutes les règles. Au final, les 2 principaux problèmes restent :

  • la qualité de la cicatrice finale qui varie en fonction de facteurs chirurgicaux mais aussi de facteurs propres à la patiente et difficiles à anticiper. En fait, comme dans toute autre chirurgie, dans environ 10% des cas, la cicatrice est trop épaisse ou trop large.
  • la récurrence de l’excès cutané. Rare mais possible après perte de poids massive. En fait, il s’agit plutôt d’un déplacement des excès de peau environnant. On dit que la peau « recrute » sur les zones adjacentes.

Les résultats

De nombreux résultats sont montrés dans toutes les indications avec des reculs dépassant les 5 ans

Conclusion

Les ptoses fessières sont très répandues car les patients après perte de poids massive sont de plus en plus nombreux. La technique du lifting des fesses est donc indispensable à connaître car elle rend de grands services de chirurgie réparatrice. Il y a aussi une demande esthétique grandissante avec des ptoses fessières modérées. Ainsi, l’intervention devenant de plus en plus sûre et sophistiquée, le chirurgien peut maintenant répondre à toutes ces indications avec efficacité et sans peur d’avoir des problèmes.

La rançon cicatricielle, minimisée par une technique de suture spécifique, est vraiment acceptable comparée au résultat très spectaculaire que cette technique permet d’obtenir sur la silhouette.

Dr Jean-François Pascal est spécialisé en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. Internationalement reconnu pour son expertise en chirurgie de la silhouette, il intervient dans de nombreux congrès médicaux et participe régulièrement à des publications scientifiques. Il est membre de plusieurs sociétés savantes, dont la SFCPRE, SOFCEP, SNCPRE et CNCPRE en France, de l’EASAPS, l’ISAPS et l’ASAPS à l’international.

Author: Body Language

Share This Article On