La médecine esthétique salvatrice

« La beauté sauvera le monde » ou la médecine esthétique salvatrice

Lors d’une maladie grave, soigner sa beauté n’est souvent plus une priorité, cependant les lourds traitements thérapeutiques entraînent des désordres cutanés et un changement d’apparence physique pouvant être source de découragement pour les patients. Pourtant, nous savons combien le bien-être peut favoriser la guérison et prendre soin de soi peut apporter beaucoup de réconfort. Contrairement aux idées reçues, Dr Tiina ORASMAË-MEDER nous explique que toutes les procédures médicales esthétiques ne sont pas incompatibles avec la maladie et qu’une prise en charge cosmétique adaptée est possible. 

Jean-Luc-Droux-BL12

Beauté et cancer – un sujet délaissé, voire tabou il y a encore quelques années. Être malade du cancer s’accompagne de nombreux soucis annexes – stress, anxiété, fatigue, douleurs, les vies professionnelle et sociale basculent, la famille est mise à l’épreuve du stress quotidien. Aujourd’hui, grâce aux progrès de la médecine, les pronostics vitaux sont plus optimistes et les perspectives de retrouver une vie normale en bonne santé de plus en plus réels. Mais les effets secondaires des traitements de radio et chimiothérapie ont aussi un lourd impact sur l’apparence physique des patients, sur l’aspect de leur peau en particulier, et c’est un élément qui n’est pas toujours pris en compte par le patient ou le corps médical, occupés ensemble à lutter contre la maladie. Pourtant, soigner son image peut aider à mieux vivre son cancer, à retrouver espoir et envie de se battre, des conditions émotionnelles qui nous le savons, participent à la guérison.
Adapter ses soins cosmétiques aux conséquences sur la peau des traitements thérapeutiques, recevoir les bons conseils de professionnels de l’esthétique et savoir ce que l’on peut faire ou non en matière de procédures médicales esthétiques, pendant et après un cancer, sont des solutions permettant d’aider les patients à retrouver leur image initiale et donc du bien-être, chemin royal de la guérison.

Les effets secondaires de traitements d’oncologie
Sous chimio ou radiothérapie, les patients sont souvent confrontés à des changements physiques tels des variations de poids, la perte des cheveux et des problèmes cutanés – sécheresse, perte d’éclat, taches ou boutons. C’est une réaction normale du corps face aux puissants effets des traitements destinés à détruire et éliminer les cellules cancéreuses. Du point de vue psychologique, nous sommes souvent bien plus démotivés par notre apparence physique insatisfaisante, que par notre état de santé globale – et c’est encore plus vrai pendant la maladie. Il existe cependant des solutions cosmétiques compatibles avec la maladie, qui améliorent nettement l’aspect de la peau durant un traitement d’oncologie.

Le conseil médical esthétique
Malheureusement, beaucoup de femmes et d’hommes font face à des problèmes d’apparence liés à la maladie, car très peu d’esthéticiennes ou de médecins esthétiques acceptent les patients en cours de traitement contre le cancer, voire même plusieurs années après la rémission.
Les réponses classiques entendues par les patients sont de l’ordre : « nous ne pouvons faire aucune procédure avant cinq ans », « demandez à votre oncologue » ou même « apportez un certificat qui vous autorise à faire cette procédure ». Évidemment, ces craintes sont compréhensibles, les praticiens n’ayant pas forcément suffisamment d’informations sur la sécurité de diverses interventions et même sur l’utilisation de certains actifs, présents dans les produits cosmétiques.
Cependant, les connaissances approfondies sur la façon dont la peau change suite à la thérapie ne manquent pas. Nous pouvons à présent conseiller en tout sécurité, à des patients en cours de thérapie et présentant une amélioration, un protocole de beauté adapté et prenant en considération les éventuelles contre-indications.

Protocole de traitement des peaux fragilisées par la maladie
Les protocoles de traitements doivent prendre en compte les caractéristiques cutanées particulières, liées à l’effet des traitements thérapeutiques de la maladie. Presque tous les traitements d’oncologie affaiblissent les propriétés protectrices naturelles de la peau : elle devient plus sensible, déshydratée, sèche, plus prédisposée à l’inflammation associée aux changements hormonaux et à une sécrétion accrue de sébacé, et elle est moins protégée contre l’infection.

Les conseils de soins quotidiens pour les patients :

  • En même temps que débute la thérapie, il est nécessaire de modifier les habitudes quotidiennes pour adapter les soins au traitement en cours.
  • Pour le nettoyage de la peau, il est recommandé d’utiliser un produit doux : de l’eau micellaire ou des émulsions.
  • Après le nettoyage, pulvériser généreusement sur le visage de l’eau thermale hautement concentrée en magnésium, apportera un effet calmant, citons par exemple Avène ou tout autre eau minérale riche en magnésium.
  • Changer de crème : les crème épaisses et nourrissantes pour peaux sèches et sensibles seront très confortables à utiliser pendant la durée de traitement. Mais attention à certains ingrédients irritants qu’il convient d’éviter – acides de fruits, rétinol ou huiles essentielles –  et plutôt privilégier les crèmes à base de vitamine E, d’huiles végétales, d’acide hyaluronique, de glycérol et d’extraits végétaux ayant des effets apaisants.
  • Utiliser régulièrement des solutions apaisantes pour les peaux sensibles, notamment à base de thé vert, centella asiatica, réglisse, camomille, aloe vera, lavande, bleuet ou myrtille. Elles aident à réduire l’inflammation, apaiser la peau et minimiser les rougeurs.
  • Conseiller des masques hydratants. Le choix est large entre les masques en gel et collagène, à base de crème, d’argile, d’algue, dans ce domaine vous pouvez expérimenter, mais le principal à retenir est qu’ils ne doivent pas contenir des acides. Cherchez ceux qui sont appelés « hydratant » et « apaisant », oubliez les « stimulant » et « nettoyant » pour le moment. L’utilisation des corticoïdes dans le traitement du cancer peut provoquer une prise de poids et un gonflement du visage. Ceci est un effet secondaire temporaire, mais pour soulager ces symptômes, je conseille d’utiliser des masques de drainage. Parmi les ingrédients approuvés pour une action drainante et conservant des fonctions vasculaires saines, nous pouvons citer la caféine, l’extrait de café vert, guarana, thé vert, centella asiatica, myrtille, cassis, châtaigne, peau de raisin rouge.
  • L’utilisation de gommage, d’exfoliant et de peeling est également à éviter, la peau est bien trop sensible et fragile en raison du traitement et du stress.

Les idées reçues
Le bénéfice de la cosmétique “bio” est l’une des idées reçues la plus populaire parmi les patients suivis pour le cancer. Il est important de se rappeler que le terme « biologique » est associé à de nombreux mythes, dont le principal est un faible risque de développement d’allergies, provoquant une confiance parfois injustifiée chez les patients. En réalité, le terme « biologique » fait référence exclusivement à la production des ingrédients utilisés dans les produits cosmétiques : les cosmétiques bio utilisent uniquement des ingrédients naturels qui ont été cultivés et récoltés selon des règles spécifiques. En effet, le plus souvent ces ingrédients sont purs, mais le produit cosmétique final, biologique ou classique, est soumis aux mêmes tests toxicologiques, ce qui empêche la présence de métaux lourds ou d’autres toxines dans tous les produits cosmétiques vendus légalement dans l’UE, les États-Unis et autres pays développés.
En ce qui concerne les allergies – les produits cosmétiques organiques peuvent aussi provoquer des réactions allergiques. De plus, les huiles essentielles en particulier, ont une allergénicité très élevée. Il est donc nécessaire d’être prudent avec tous les produits cosmétiques, d’autant plus s’ils sont appelés « bio ». Je conseille d’utiliser les produits considérés comme « hypoallergénique », mention qui suppose l’éviction des substances à potentiel allergisant. Ce type de produits ne contient pas d’allergènes connus et affecte généralement la peau en douceur, en améliorant son état général sans en augmenter sa sensibilité. Ils peuvent généralement être trouvés dans les pharmacies, cliniques ou salons de beauté.

Les contre-indications
Équipements
Les procédures qui accélèrent la circulation lymphatique sont fortement déconseillées.
En effet, le système lymphatique est un véritable “réseau de communication” géré par le système immunitaire, dans lequel les lymphocytes se déplacent et les cellules cancéreuses utilisent le processus naturel de transformation cellulaire des lymphocytes pour acquérir la capacité de migration et se déplacer. Donc les procédures esthétiques visant à améliorer l’aspect visuel de la peau à éviter sont, le drainage lymphatique, tous les types de massage impliquant des effets sur les vaisseaux lymphatiques comme le palper rouler ou l’endermologie® (LPG) ; les micro-courants ; les ultrasons ; les radiofréquences ; le cryolifting et les lasers chauds et froids.

Injectables
La stimulation des couches profondes de la peau et l’activation de la capacité des cellules à synthétiser les nouvelles substances, présentent également un risque au cours d’un traitement contre le cancer. De plus, la capacité des cellules à répondre à la stimulation et à synthétiser les matériaux de la structure cutanée se réduit pendant la chimio et radiothérapie, il est donc presque impossible d’attendre des résultats visibles de traitements de mésothérapie ou de biorevitalisation.
Il est important de préciser que les études sur la sécurité d’utilisation de dispositifs médicaux sous forme d’injections dans les couches profondes et superficielles du derme en traitements esthétiques et anti-âge, ne sont pas effectués sur des patients en cours de traitement thérapeutique du cancer, donc les informations scientifiques sur le sujet ne sont pas disponibles. Contrairement aux produits cosmétiques appliqués en surface, toutes substances injectées peuvent théoriquement présenter un impact plus important.
En principe, les injections de toxine botulinique et de produits de comblement à base d’acide hyaluronique ne font pas partie des contre-indications strictes. Cependant, je conseille toujours à mes patients de consulter leur oncologue au préalable d’un choix de traitement esthétique, en particulier dans les cas de symptômes neurologiques et de lésions de la structure du système nerveux, les injections de toxine botulinique étant alors contre-indiquées. En absence de contre-indications, les oncologues autorisent souvent les injections de toxine et de fillers, car elles peuvent même être bénéfiques pour la santé globale, une amélioration de l’apparence physique étant un facteur positif en lui-même qui peut aider le patient à faire face à la maladie.

Traitements esthétiques post-cancer
La fin du traitement thérapeutique contre le cancer, n’entraîne pas nécessairement un changement de protocole cosmétique et il est recommandé de poursuivre l’utilisation de soins régénérants, hydratants et calmants, car c’est une période de récupération pour le corps dans son ensemble.
Au cours de cette période, le patient peut ressentir le désir de faire quelque chose de radical, en toute urgence, voire un traitement miracle ! Mais l’idéal est d’attendre l’amélioration progressive de l’apparence physique et de prêter particulièrement attention à l’état de la peau – miroir de la santé.
Si tout va bien et la rémission confirmée, il sera à nouveau possible de reprendre des traitements d’activation de renouvellement cellulaire comme la dermabrasion, la correction de l’hyperpigmentation et les traitements anti-âge à l’aide d’applications localisées de produits topiques et peelings superficiels, la correction des rides avec la toxine botulique, et enfin la restructuration des contours et volumes du visage à l’aide des fillers, évidemment s’il n’y a pas d’objection de la part de l’oncologue traitant.
En revanche, certaines procédures stimulant le rajeunissement cutané restent à éviter, en particulier laser, radiofréquence, cryolifting ; la mésothérapie, les injections de peptides biomimétiques, de facteurs de croissance, de PRP et de biorevitalisation ; et bien évidemment, les traumatismes contrôlés liés aux peelings profonds et les traitements anti-âge chirurgicaux. Les traitements contre le cancer – chirurgie, chimio et radiothérapie – conduisent à un affaiblissement physique, il est donc préférable d’éviter les blessures, mais aussi à un épuisement psychologique, qui impose de s’adresser à des médecins expérimentés ou familier de ces situations, afin d’éviter toutes procédures inutiles.

Prise en charge et accompagnement du patient
Inspirée par l’association américaine CEW – Cosmetic Executive Women Inc – composée d’experts dans le domaine de l’esthétique, la première association en France à accompagner en ce sens les patients souffrant de maladies graves et suivant de lourds traitements, a vu le jour en 1986, puis a ouvert en 1992 le premier centre de beauté CEW, dispensant des soins esthétiques gratuits pour les patients hospitalisés.
Il existe à présent un réseau bien développé d’associations, centres ou cabinets médicaux attachés aux hôpitaux, offrant des soins esthétiques durant un traitement contre le cancer, comme la « cabine » de la socio-esthéticienne Carole Lamaud, au sein du service d’oncologie digestive de l’hôpital Saint-Antoine(1) ou encore l’association APIMA(2), spécialiste des soins infirmiers esthétiques en oncologie, qui offre depuis plus de dix ans ses services de conseil auprès de patients atteints de cancer à l’hôpital Georges Pompidou à Paris.
Les esthéticiennes souhaitant prodiguer des soins esthétiques aux patients en cours de traitement contre le cancer, nommées socio-esthéticiennes, ont désormais de nombreuses possibilités de se qualifier dans ce domaine, les différentes associations offrant des cours de formation, ainsi que des ateliers d’accompagnement et de suivi des patients.
Depuis 2011, l’association Esthétique & Cancer (3) créée par les médecins oncologues Dr Alain Toledano (4) (Clinique Hartmann, Hôpital Américain) et Dr. Marc Spielman (Institut Gustave Roussy, Villejuif), propose aux esthéticiennes une formation en onco-esthétique.
Au cours de cette formation les esthéticiennes participent à des ateliers pratiques et peuvent échanger avec les professionnels de ce secteur : cancérologues, spécialistes du cancer du sein, onco-esthéticiennes, dermatologues, psychologues, ainsi qu’avec les patients et anciens patients qui témoignent de leur expérience face à la maladie.
En novembre 2016 à Paris, s’est déroulé le premier Salon Parcours 5 Sens Esthétique & Cancer, à l’initiative de ces deux médecins, dont l’objectif est d’organiser des actions autour de la beauté et du cancer et de promouvoir la notion d’esthétique au sens large du terme.

Conclusion
« La beauté sauvera le monde », Dostoïevski le savait aussi, l’envie de beauté, de bonheur, d’échange, fait partie de la vie et ce même pendant la maladie. Cette envie d’être heureux, en bonne santé et de se plaire est un véritable moteur à la guérison. Un léger éclat de fraicheur aperçu dans le miroir le matin peut changer notre journée, notre destin, notre vie…en aidant à combattre la maladie !
Un mot pour mes collègues médecins esthétiques : cela ne fait pas partie de votre pratique au quotidien, mais n’ayez pas peur de “sauver les vies” !
Un mot pour les patients : Prenez soin de vous ! Votre corps le mérite, encore plus lorsqu’il est affaibli par la maladie.

Dr. Tiina Orasmäe-Meder est médecin esthétique, fondatrice et directrice de Meder Beauty Science (Suisse). Elle s’est spécialisée depuis plusieurs années dans le domaine de la création et développement de produits cosmétiques et protocoles professionnels d’application, ainsi qu’en cosmétovigilance.

Références

1. http://www.psychologies.com/Bien-etre/Sante/Cancer/Articles-et-Dossiers/Cancer-prendre-soin-de-soi-pour-mieux-lutter

2. http://www.apimasante.com/soigner-

3. http://www.veille-infosplus.fr/filagenda/64527/salon-parcours-5-sens-esthetique-et-cancer-paris/

4. https://www.ifsein.com/bio-toledano

Author: Body Language

Share This Article On