Médecine & Management

medecine-et-managment-BL-13Médecine & Management

Dr Jean-Luc LEVY et David HARAR KENZEY lancent une formation dédiée aux praticiens, à la croisée de deux univers, la médecine et le management. Sera-t-il possible de les unir et surtout quels avantages sont à retirer d’une telle formation ?
Nous les avons interrogés afin de mieux comprendre cette démarche d’un genre nouveau, certainement destinée à se développer dans les années à venir.

Tout d’abord, parlez-nous un peu de vous ?

JLL – Lors de mon installation en cabinet de dermatologie en 1988, j’ai ressenti assez rapidement le besoin de développer ma propre activité de traitements lasers en dermatologie et j’ai souhaité limiter au maximum le nombre d’erreurs, en particulier ceux liés aux achats. Pour cela, il me fallait un complément de formation et c’est pourquoi je me suis tourné vers un MBA à ESSEC Santé. Cela m’a permis d’étudier l’évaluation des technologies de la santé et le marketing scientifique et médical. Nous étions seulement deux médecins au sein d’une école de commerce, qui venait juste d’ouvrir un cycle orienté en Économie de la Santé.

DHK – J’ai un parcours plus industriel et financier. Ingénieur en Management Industriel et diplômé d’un Master en Finances, j’ai eu la chance de mener plusieurs « vies » au sein de mon parcours professionnel. En effet, j’ai travaillé pour de grands cabinets comptables, puis dans l’industrie pharmaceutique à différents postes, jusqu’à la Direction Générale. En parallèle, j’enseignais auprès de divers établissements universitaires tels que le CNAM en France ou la Haute Ecole de Gestion en Suisse. Dans le cadre de différents projets menés avec le Dr Lévy, nous nous sommes aperçus de la carence dans ce type de formations « courtes » réellement orientées vers les besoins du praticien, et non un support pour la vente de ses propres technologies.

Quel est le point de départ de votre réflexion pour organiser une telle formation ?

JLL –  Le médecin a pour habitude de se concentrer sur des formations médicales sans considérer la zone de confort que procure une organisation adaptée et un développement maitrisé de son image auprès de ses patients. La dermo-esthétique est une partie d’activité médicale qui permet de prendre en charge un patient avec peu ou pas d’antécédents médicaux et donc de sortir du pathos habituel. Il s’agit pour le médecin d’une activité plus « psychotechnique », où le temps de l’acte est allongé. Cependant, la démarche reste médicale du début à la fin de l’acte avec une obligation de résultats supérieure dans ce cas. Ces critères indiquent que l’ensemble du processus depuis l’annonce d’une activité jusqu’à l’analyse de la satisfaction patient, doit s’inscrire dans une démarche qualité. La pratique d’un acte médical bien réalisé est certes nécessaire, mais pas suffisant.

DHK – Depuis de nombreuses années pèse de plus en plus sur l’exercice médical que le médecin a choisi, la part administrative, les contraintes réglementaires et au final, un stress dont le bilan sur les jeunes médecins est alarmant. En dehors de tout esprit militant, nous souhaitons apporter des outils de gestion que l’on n’a pas forcement acquis durant l’effort d’apprentissage de la médecine.

Pourquoi ce type de formation ? Est-elle réellement indispensable au médecin ?

JLL – La plupart des médecins privilégient la connaissance technique de la dermo-esthétique sans considérer l’implication d’un processus d’investissement technique dans un environnement compétitif. Parmi les médecins, certains ont la fibre entrepreneuriale, d’autres moins. Dans tous les cas, acquérir des réflexes par la connaissance organisée d’étapes clés du développement, savoir-faire son propre audit, formaliser un plan stratégique souhaité, sont des étapes habituelles pour un entrepreneur : pourquoi ne le seraient-elles pas pour un médecin en pratique libérale avec une pratique esthétique ?

DHK – C’est la première fois, à ma connaissance, que ce type de formation est offert. Elle a une double dimension médicale et entrepreneuriale et permet ainsi au praticien de mettre en pratique, avec de vraies données chiffrées, les concepts précédemment abordés. C’est à mon sens indispensable à toute entreprise, y compris médicale.

Comment s’organise plus précisément cette formation ? Des exemples concrets ?

JLL – Cette formation est proposée sur 3 jours, avec un nombre de participants limité à 20 au maximum. Elle sera composée de sujets aussi bien médicaux, qu’entrepreneuriaux et articulée sur des séances plénières aussi bien que des ateliers et des entretiens personnalisés. Elle sera d’ailleurs systématiquement animée par moi-même ainsi que par M. Harar Kenzey, donnant à tous les sujets abordés cette double dimension.

DHK – En effet, l’idée est de mettre en lumière des concepts assez « abstraits » issus du milieu économique et tenter de les appliquer, quand cela est pertinent, à sa pratique au quotidien. Accompagner le praticien dans l’analyse de son environnement, des outils à sa disposition sur le marché, d’accéder à de nouvelles compétences, de savoir rester pragmatique dans ses choix de développement, etc.
Il y a un univers… si ce n’est un multivers de possibilités. Il est difficile de s’y retrouver, même pour des professionnels aguerris du Management. Et bien-sûr toutes les solutions ne sont pas adaptées à chaque situation particulière que peut être celle du praticien. C’est pourquoi nous demandons à chaque participant de rédiger un avant-projet sommaire nous indiquant sa situation actuelle et ce vers quoi il souhaite s’orienter. De cette manière, à la fin de la formation, des entretiens personnalisés auront lieu, afin de pouvoir leur fournir des pistes de prospection.

Organiserez-vous un suivi post-formation ?

JLL – Il est évident qu’un accompagnement, encore une fois même limité dans le temps, est indispensable. Il s’agit d’une formation de haut niveau, unique en son genre, qui s’adresse à des professionnels de la santé qui souhaitent réussir l’implémentation de nouvelles activités au sein de leur cabinet. Il est important de les orienter au plus juste de leurs besoins.

DHK – Absolument, l’idée est de garder contact avec le praticien et de lui offrir un support dans le temps, même s’il est limité. Nous réfléchissons d’ailleurs à une formation « expert » dans un avenir plus lointain, pour fournir à nos participants un nouvel élan à leurs activités.

Mais en définitive, une dernière question me « brûle » les lèvres : La patientèle sera-t-elle réellement au RDV ?

JLL – Cette formation a pour but de fournir au praticien des outils à la fois médicaux, mais également commerciaux. Le geste « technique » s’acquiert avec le temps, mais il n’est qu’une partie de la construction de sa patientèle. Une partie essentielle de la pratique est la gestion du stress, car construire un avenir professionnel ou lui donner un nouvel élan ne peut se faire selon nous, sans considérer le contexte famille –et soutien psychologique -, de l’entrepreneur-médecin.

DHK – En effet, il est important de savoir prospecter sa patientèle, mais surtout de savoir la conserver. Les nouvelles générations de patients sont très sensibles aux réseaux sociaux et il est aujourd’hui indispensable d’avoir une E-réputation « immaculée » par exemple. Ce sujet et plus généralement les T.I.C (Technologies de l’information et de la communication) seront d’ailleurs abordés à notre diner de Gala par un spécialiste dans le domaine. Encore une fois, cette formation sera à la croisée des besoins médicaux actuels et des moyens de communication et de prospection à notre disposition aujourd’hui, et bientôt demain…pour aider et soutenir les médecins dans cette démarche.

 La formation en détails : « Réussir l’implémentation de nouvelles activités dermo-esthétiques au sein de son cabinet médical » débutera à partir d’octobre 2017 et sera au rythme de 2 sessions par an (Avril/Mai et Septembre/Octobre) avec la possibilité d’ouvrir d’autres sessions selon les demandes. Elles se dérouleront à Paris, Lyon et Marseille (Autres villes possibles sur demande). Site Web et Facebook à partir d’octobre 2017.
Contact : info.formedic@gmail.com  France : 09 77 19 53 58  –  Suisse : Valérie 0041 764 262 392

Author: Body Language

Share This Article On