Psoriasis et dépression

psoreasis-BL13Psoriasis et risque de dépression

Les résultats d’une étude montrent que les patients atteints de psoriasis présentent un risque plus élevé de dépression.

L’observation selon laquelle les patients atteints de psoriasis sont confrontés à un risque plus élevé de dépression sévère, pourrait pousser les dermatologues à alerter les patients, voire à les dépister systématiquement.

Dans cette étude parue en 2016 dans JAMA Dermatology, Dr Ho et ses collègues ont constaté que 16,5% des patients atteints de psoriasis présentaient des symptômes de dépression sévère et après évaluation de différents facteurs, qu’ils étaient deux fois plus susceptibles d’en développer une (OR, 2.09 [95% CI, 1.41-3.11], P <.001).

Si le lien réel entre psoriasis et dépression n’a cependant pas été clairement identifié, le coauteur de l’étude, Roger S. Ho, MD, MS, MPH, Professeur adjoint de dermatologie à l’École de médecine de l’Université de New York, souligne que néanmoins « les patients atteints de psoriasis, maladie pouvant être traitée, devraient être avisés que cela les expose à un risque plus élevé de dépression » et ajoute « toutefois, de nombreux patients n’ont pas nécessairement conscience de leurs propres symptômes de dépression et les dermatologues devraient considérer le bénéfice d’un dépistage de la dépression pour leurs patients atteints de psoriasis ».

En outre, aucun lien significatif entre la gravité du psoriasis et le risque de dépression sévère n’a pu être déterminé et les chercheurs n’ont pu vérifier si le psoriasis déclenchait ou aggravait la dépression – ou vice versa – ou si d’autres facteurs pouvaient expliquer le lien apparent. Quoi qu’il en soit, explique le Dr Ho, il est possible qu’un « ensemble de facteurs ou de mécanismes communs aux deux affections, puissent prédisposer le patient au psoriasis et à la dépression », ou bien que « le psoriasis ou la dépression déclencherait chacun une cascade d’événements, qui rendrait le patient plus vulnérable à l’autre des affections ».

En effet, du point de vue d’un mécanisme connu spécifique au psoriasis qui est de provoquer un risque plus élevé de troubles immunitaires comme le diabète, les maladies inflammatoires de l’intestin et les affections liées au système autonome comme les maladies cardiaques, le psoriasis et la dépression pourraient donc s’affecter l’un l’autre, notamment lorsque des événements stressants de la vie perturbent les réponses autonomes et immunitaires du corps.

Author: Body Language

Share This Article On